L’UE montre « extrême préoccupation » pour des accusations contre le personnel de l’UNRWA et attend des mesures immédiates


Archives – Josep Borrell – Europa Press/Contact/Nicolas Landemard – Archives

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

Bruxelles évaluera les conséquences en fonction des résultats de l’enquête en cours

L’Union européenne a montré ce vendredi son « extrême préoccupation » pour les accusations portées contre plusieurs travailleurs de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, UNRWA, d’avoir participé aux attaques des milices palestiniennes le 7 octobre en Israël, exigeant que l’organisation « mesures immédiates » et une transparence totale sur l’affaire.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par l’implication présumée des travailleurs de l’UNRWA dans les attaques terroristes du 7 octobre en Israël. L’UE réitère sa plus ferme condamnation des attaques des terroristes du Hamas contre Israël, qui n’ont aucune justification »ont souligné la Commission européenne et le haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, dans une déclaration commune.

La diplomatie européenne, dirigée par Borrell, a expliqué être en contact avec l’agence des Nations Unies et espère qu’elle proposera « transparence totale sur les accusations » et « prendre des mesures immédiates contre le personnel impliqué ».

De cette manière, il indique que la Commission européenne évaluera les étapes à suivre et tirera des conclusions sur la base du résultat de l’enquête complète et exhaustive menée. Le gouvernement américain, faut-il le rappeler, a déjà annoncé qu’il suspendait immédiatement son financement à l’UNRWA pour la durée de l’enquête.

L’UE réitère en tout cas que l’agence des Nations Unies a joué un rôle « rôle vital » depuis de nombreuses années, aider les réfugiés palestiniens vulnérables à accéder aux services vitaux, notamment l’éducation et la santé, en soulignant qu’il s’agit d’un « partenaire crucial de la communauté internationale ».

Le bloc européen est l’un des principaux donateurs de l’UNRWA. Cette année se termine la contribution pluriannuelle qui a soutenu l’agence avec 261 millions d’euros au cours des trois dernières années. Le scandale a éclaté vendredi lorsque l’agence a annoncé avoir licencié plusieurs employés et ouvert une enquête pour leur implication présumée dans les attaques sans précédent lancées par le Hamas le 7 octobre.

La mesure de « résilier les contrats de ces membres du personnel avec effet immédiat » cherche « protéger la capacité de l’agence à fournir de l’aide humanitaire » à la population palestinienne. « Tout employé de l’UNRWA impliqué dans des actes de terrorisme sera tenu responsable, notamment par le biais de poursuites pénales. »a annoncé le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini.