L’Espagne propose une réduction annuelle de la dette aux Vingt-Sept pour se mettre d’accord sur les règles budgétaires de l’UE

Ce jeudi, l’Espagne proposera au reste des pays de l’Union européenne une réforme des règles budgétaires qui comprend des garanties pour garantir une réduction annuelle minimale de la dette des pays dont le passif dépasse 60% du PIB et qui a été l’un des les demandes récurrentes de pays comme l’Allemagne depuis le début des négociations.

La vice-présidente économique, Nadia Calviño, dans sa fonction de présidence tournante du Conseil, tentera ce soir de conclure l’accord sur les règles qui limiteront à nouveau la dette et le déficit après quatre ans gelés par la pandémie, lors d’un dîner informel. avant la réunion des ministres de l’Économie et des Finances.

La proposition, à laquelle Europa Press a eu accès, exige une réduction annuelle de 1% du PIB pour les pays ayant une dette supérieure à 90%, comme c’est le cas de l’Espagne, tandis qu’elle propose un ajustement de 0,5% par an pour les États membres ayant une dette supérieure à 90%. dette entre 60% et 90%.

Il introduit également un « coussin budgétaire » pour les pays ayant un faible déficit mais une dette élevée, auquel il demandera de réduire le déficit pour avoir une marge de 1,5 % en dessous de la limite de 3 % afin de disposer d’un espace budgétaire et d’être en mesure de répondre à d’éventuels « chocs » économiques. ‘.

D’autre part, il sera demandé aux pays de dépasser la valeur de référence de 3% de déficit, à laquelle sera ouverte une procédure de déficit excessif (PDE), une trajectoire de dépenses nettes correctives « cohérente » avec un ajustement annuel minimum d’au moins 0,5% du déficit. PIB.

Cependant, des sources diplomatiques ont indiqué que le débat est désormais de savoir si cet ajustement inclura ou non les intérêts, alors que la France réclame des « flexibilités » sur ce chiffre, qu’elle demande de baisser à 0,3% pour laisser plus de place aux réformes et aux investissements et assurent quelles est « le seul point qui manque pour un accord » après une négociation « intense » entre Paris et Berlin, protagonistes des principaux affrontements.

Des sources communautaires assurent également que les ministres sont conscients de « l’urgence » de se mettre d’accord sur leur position avant la fin de l’année, puisque les nouvelles règles budgétaires doivent poursuivre leur processus parlementaire avant les prochaines élections européennes.

Las mismas fuentes han señalado que solo se contempla el « plan A », que es cerrar el acuerdo entre la noche del jueves y la mañana del viernes ya que, de lo contrario, sería una « vergüenza » no lograrlo, aunque afirman estar ya  » à proximité ».