L’UE parvient à un accord unanime pour sanctionner six colons violents en Cisjordanie

853764.1.260.149.20240318191931


Archive – Des colons israéliens à Hébron, en Cisjordanie, dans une image d'archive – Europa Press/Contact/Mamoun Wazwaz – Archive

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

BRUXELLES, 18 (EUROPA PRESS)

Ce lundi, l'Union européenne a obtenu un accord unanime de ses États membres pour débloquer les sanctions contre six colons responsables d'épisodes violents en Cisjordanie, mesures paralysées depuis des semaines par le veto de la Hongrie et qui s'accompagneront de restrictions contre trois membres du Hamas pour violences sexuelles lors des attentats du 7 octobre.

Lors d'une conférence de presse, le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, a confirmé l'accord entre les 27 pour prendre des mesures contre les colons violents. « Cela n'a pas été possible lors du dernier Conseil des Affaires étrangères, mais cette fois, cela a été réalisé grâce à un engagement fort au niveau des groupes de travail et j'espère que cela sera bientôt suivi d'une adoption finale », a-t-il ajouté.

Comme indiqué, il s'agit de personnes spécifiques « identifiées comme responsables d'actions violentes » auxquelles seront appliquées les sanctions traditionnelles de l'UE, impliquant le gel des avoirs et l'interdiction de voyager vers l'Union. « Cela a été parfaitement identifié et maintenant ce qui n'a pas pu être approuvé lors du dernier Conseil des Affaires étrangères est mis sur la table », a-t-il noté.

Des sources diplomatiques confirment à Europa Press que la liste a été réduite à la dernière minute sous la pression de la Hongrie, pays très réticent à adopter des mesures car il considère que les sanctions nuisent à ses relations avec Israël. Au total, six colons seront inscrits sur la « liste noire » de l'UE, un chiffre inférieur aux mesures déjà adoptées par certains États membres comme l'Espagne, qui sanctionne douze colons.

Les mesures espagnoles resteront en vigueur, car plus étendues, même si cette mesure au niveau européen leur permet d'être plus efficaces puisqu'elles affecteront également des questions dans toute l'Union, comme le gel des avoirs dans le bloc.

Depuis la fin de l’année, différents États membres comme la France et la Belgique ont pris des mesures individuelles pour sanctionner les colons radicaux, conscients qu’ils menacent la stabilité au Moyen-Orient et constituent un obstacle à la solution à deux États.

Cette mesure intervient après que les États-Unis ont appliqué des mesures contre des dizaines de colons lors de différentes séries de sanctions, ce qui, selon des sources diplomatiques, place Washington dans des positions parfois plus critiques que les pays européens. Les sanctions ont été proposées par Borrell à la fin de l'année, mais ont été tempérées par la République tchèque, l'Allemagne et la Hongrie ; Ce dernier partenaire européen a maintenu son refus jusqu'en mars.