Le Trésor accordera un bonus de 50% dans les entreprises aux entreprises triangulaires de commerce électronique opérant depuis Ceuta

CEUTA, le 29 décembre. (EUROPA PRESS) –

La Direction Générale des Impôts du Ministère des Finances a assuré au Gouvernement de Ceuta que les entreprises dédiées au commerce électronique triangulaire destiné aux particuliers de l’Union européenne pourront bénéficier d’un bonus de 50% sur l’impôt sur les sociétés si elles ont des bureaux et des travailleurs dans la ville autonome et fermer un cycle commercial dans la ville autonome qui détermine les résultats économiques.

Le business du « dropshipping », qui transporte des centaines de milliards d’euros dans le monde, consiste à traiter les achats en ligne des particuliers et à envoyer directement leurs commandes aux fournisseurs chargés de préparer et d’expédier la marchandise achetée.

Le président du gouvernement de Ceuta, Juan Vivas (PP), a fait connaître cette interprétation de la réglementation lors de l’évaluation qu’il a faite ce vendredi 2023, dans laquelle il a souligné que le potentiel de génération d’activité économique et d’emploi de ce secteur en la ville pourrait être aussi grande que le secteur des jeux en ligne, qui fait déjà vivre « 600 emplois ».

Le leader de l’Exécutif régional a considéré la réponse de la Direction Générale des Impôts comme particulièrement importante car pour bénéficier des avantages fiscaux de l’Impôt sur les Sociétés, elle exempte les opérateurs de la nécessité de faire transiter physiquement les marchandises par la ville, éliminant ainsi le facteur « incertitude » et les coûts supplémentaires qu’entraînerait le transport.

Parmi les exigences que le Trésor a indiquées pour payer la moitié des impôts, il y a seulement « avoir un établissement ou une succursale à Ceuta avec des ressources matérielles et humaines situées sur ce territoire ». Le bonus s’appliquerait « indépendamment du fait que les clients se trouvent ou non sur le territoire de Ceuta ».

« Nous avons déjà des attraits fiscaux, nous sommes disposés à offrir des formations et nous disposons d’infrastructures de communication : on va construire un centre de traitement de données qui sera alimenté par l’énergie photovoltaïque et nous avons une bonne connexion par fibre optique avec la péninsule, car il y a déjà trois ou quatre câbles posés et le sous-marin électrique en intégrera deux autres », a résumé Vivas.

« INSISTEZ FORTEMENT » SUR LE MAROC

Lors de sa comparution, le chef du gouvernement régional a exprimé sa conviction de la capacité de Ceuta à « transformer les faiblesses en opportunités » et à « aller de l’avant » dans ses efforts pour consolider un nouveau modèle économique alternatif au commerce transfrontalier disparu avec le Maroc « plus sûrs, stables et dotés d’une plus grande capacité à générer des emplois ».

Vivas s’est félicité du climat de consensus atteint avec les agents sociaux et d’avoir pu approuver, avec le PSOE et le MDyC, tant les budgets de la ville pour 2024 que le nouveau Plan général d’urbanisme.

Sur un plan négatif, il a pointé le « non-respect flagrant » du Plan global de développement socio-économique approuvé par le Conseil des ministres en octobre 2022, puisque « les primes sur les cotisations des entreprises à la sécurité sociale ont été supprimées de facto, une incitation dont nous avons besoin, et les systèmes publics de santé et d’éducation, qui relèvent de la responsabilité de l’État, continuent de souffrir d’un « manque d’attention ».

Interrogé sur l’absence de douanes commerciales à la frontière de Tarajal, le leader du PP a avancé qu’au cours de l’année 2024, il continuera à exhorter l’exécutif de Sánchez à « insister avec la force nécessaire » sur le Maroc afin qu’il « remplisse tous les engagements acquis en avril 2022 ». . « Ce n’est pas simple, mais il est nécessaire qu’une fois éliminée « l’économie des ports » au profit des deux parties, la normalisation du transit des marchandises soit désormais aussi un objectif commun pour que la frontière soit ce qu’elle est », un extérieur à l’Union européenne », a-t-il affirmé.