Le BNG promet de promouvoir l'AVE Vigo-Porto dans l'UE et le dynamisme de l'eurorégion Galice-Nord du Portugal

VIGO, le 31 mai. (EUROPA PRESSE) –

Le BNG a transmis ce vendredi depuis Tui (Pontevedra) son engagement à promouvoir, depuis le Parlement européen, les infrastructures et les communications dans l'eurorégion Galice-Portugal Nord, en particulier l'AVE entre Vigo et Porto.

C'est ce qu'ont déclaré la porte-parole nationale du BNG, Ana Pontón, et la candidate aux élections européennes, Ana Miranda, lors d'un événement organisé dans la ville frontalière, au cours duquel elles ont souligné l'importance de cette eurorégion, l'une des plus importantes du pays. UE par sa population (environ 6 millions d’habitants).

Ana Pontón a souligné que la promotion de ce territoire transfrontalier « pour générer plus de dynamisme économique et social » sera l'une des priorités du « siège galicien » à Bruxelles face au centralisme de Madrid, et a souligné les intérêts communs de la Galice. et le nord du Portugal, avec des milliers de travailleurs qui traversent la frontière chaque jour et dont « les droits doivent être garantis ».

C'est précisément pour cette raison qu'il a expliqué que les infrastructures et les communications seront l'un des principaux objectifs du BNG et a proclamé la nécessité de disposer « le plus tôt possible » de l'AVE Vigo-Porto, une liaison de transport public « rapide et durable » entre Galice et Portugal, par rapport à la liaison ferroviaire actuelle qui prend deux heures et demie pour un trajet qui, par route, dure 90 minutes, et avec des fréquences « totalement incompatibles avec la journée de travail ».

Pontón a également préconisé l'amélioration des connexions de l'Eurorégion avec le reste de l'Europe, le développement du réseau européen de transport de marchandises et la priorité aux investissements dans le corridor ferroviaire atlantique pour les passagers. De même, il a souligné l'importance d'optimiser le réseau de ports et d'aéroports, afin que ce territoire puisse être une « plate-forme logistique qui sert de pont vers l'Amérique latine ».

Tras referirse a la necesidad de impulsar también el intercambio de conocimientos entre universidades y centros de investigación, la líder del BNG ha invitado a los gallegos a acudir a las urnas el 9 de junio con la papeleta que encabeza Ana Miranda, la del « equipo de maison ». « Ces élections ne concernent ni Feijóo ni Sánchez, ni qu'ils nous imposent leurs troubles et les tensions de Madrid », a-t-il insisté, ajoutant que l'événement du 9J concerne les « Galiciens » et leurs secteurs productifs, leurs infrastructures, pour renforcer les services publics. , ou « donner un avenir aux jeunes » en Galice pour qu'ils ne soient pas obligés « d'émigrer faute d'opportunités ».

PRIORISER LA COOPÉRATION LOCALE

De son côté, la candidate a exigé que les fonds de cohésion de l'UE soient utilisés « là où ils sont réellement efficaces », c'est-à-dire dans des projets développés au niveau local, avec la participation d'acteurs publics et privés.

Ana Miranda a regretté qu'il existe encore « de nombreuses barrières » dans les territoires transfrontaliers, elle a proposé, entre autres propositions, de donner la priorité aux appels de fonds de coopération visant précisément la coopération de proximité et d'augmenter le financement des programmes Interreg.

De même, il a défendu la création d'un statut de citoyenneté transfrontalière, qui, outre les travailleurs, inclut le reste des personnes qui vivent et travaillent des deux côtés de la frontière, afin de faciliter les mouvements de la vie quotidienne, les échanges de étudiants ou soins de santé.

Dans le cas spécifique du tronçon international du fleuve Miño, il a préconisé la création d'une autorité gouvernementale conjointe afin que des décisions puissent être prises en matière de protection et d'amélioration de l'environnement, aujourd'hui rendues difficiles par son caractère transfrontalier.