La France intercepte deux drones lancés par les rebelles Houthis depuis le Yémen

Dossier – Des partisans et des membres des rebelles Houthis lors d’une manifestation anti-américaine à Sanaa, la capitale du Yémen (archive). – Hani Al-Ansi/dpa – Archives

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

L’intervention a eu lieu quelques heures après le lancement officiel de la mission européenne « Aspides ».

MADRID, 20 (EUROPA PRESSE)

Les forces armées françaises ont affirmé mardi avoir intercepté deux drones lancés par les Houthis depuis le Yémen dans l’espace aérien au-dessus de la mer Rouge et du golfe d’Aden, sur fond d’attaques des rebelles contre des navires traversant ces eaux en réponse à l’offensive militaire israélienne contre le Golfe d’Aden. Bande de Gaza, lancée après les attaques menées le 7 octobre par le Mouvement de la résistance islamique (Hamas).

« Dans la nuit du 19 au 20 février, les frégates multimissions françaises ont détecté de multiples attaques de drones en provenance du Yémen dans leurs zones de patrouille respectives dans le golfe d’Aden et le sud de la mer Rouge », a indiqué le ministère français de la Défense, qui a souligné que  » deux drones ont été interceptés. »

Ainsi, a-t-il soutenu, « ces actions contribuent à la sécurité maritime entre le canal de Suez et le détroit d’Ormuz et font partie de la défense de la liberté de navigation, objectif de l’opération ‘Aspides’ de l’EUNAVFOR – la Force navale européenne. –, lancée le 19 février par l’UE sous commandement grec. »

L’UE a officialisé lundi le lancement des « Aspides », avec lesquelles quatre frégates seront chargées d’escorter les navires marchands et de repousser les attaques des Houthis contre les navires qui traversent ces eaux, actions que les rebelles encadrent en réponse à l’offensive militaire. Attaque israélienne contre la bande de Gaza, lancée après les attaques menées le 7 octobre par le Mouvement de la Résistance islamique (Hamas).

Les Houthis, soutenus par l’Iran, qui contrôlent la capitale yéménite, Sanaa, et d’autres régions du nord et de l’ouest du pays depuis 2015, ont lancé plusieurs attaques contre le territoire israélien et contre des navires ayant un certain type de connexion avec Israël et se sont engagés à poursuivre ces actions jusqu’à ce que l’armée israélienne mette fin à son offensive contre Gaza.

De même, ils ont menacé d’attaquer les navires américains et britanniques qui se trouvent dans la zone en réponse aux bombardements des deux pays contre le Yémen ces dernières semaines, qui, selon Washington et Londres, cherchent à empêcher les opérations rebelles et à garantir la sécurité de la liberté de navigation. dans la région.