La CNMC exige une libéralisation européenne du transport ferroviaire afin que Renfe puisse être compétitive dans d'autres pays

MADRID, le 19 avril (EUROPA PRESSE) –

Le président de la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC), Cani Fernández, a transmis à la Commission européenne une demande pour que les pays de l'Union européenne libéralisent leur transport ferroviaire comme l'a fait l'Espagne, afin de permettre à Renfe et à d'autres pays espagnols de libéraliser leur transport ferroviaire. les entreprises rivalisent sur un marché « véritablement européen ».

C'est la présidente de l'organisation, Cani Fernández, qui a confirmé cette proposition du Concours à Bruxelles lors de son discours au Forum 'Wake Up Spain', organisé par 'El Español'.

Una petición que se produce en un momento en el que el sector ferroviario marca la actualidad por las críticas del ministro de Transportes y Movilidad Urbana, Óscar Puente, a los bajos precios de operadores como Ouigo en España ya las dificultades que Renfe está encontrando para operar en France.

En fait, Puente a même confirmé qu'il envisageait de s'adresser à la concurrence pour les pratiques « profondément déloyales » de la société française Ouigo dans les corridors à grande vitesse où elle opère et dans lesquels elle est en concurrence avec Renfe ou Iryo.

LA LIBÉRALISATION PORTE SES FRUITS

Dans ce contexte, Cani Fernández n'a pas évalué les propos de Puente, mais a confirmé que la libéralisation du secteur ferroviaire en Espagne « porte ses fruits », avec quatre entreprises opérant dans les principaux corridors à grande vitesse.

Bien entendu, il espère que cette libéralisation se réalisera dans le reste des pays européens « le plus tôt possible » afin que les entreprises espagnoles puissent « également être compétitives sur un marché véritablement européen ». « C'est ainsi que nous l'avons transmis et nous le transmettons constamment à la Commission européenne », a-t-il souligné.