« En Europe, les filles devraient pouvoir rêver de devenir championnes tout en se sentant en sécurité et respectées »

MADRID, 24 novembre (EUROPA PRESS) –

Le président du Conseil Supérieur des Sports (CSD), Víctor Francos, a déclaré vendredi que « les filles de toute l’Europe devraient pouvoir rêver de devenir championnes du monde en se sentant en sécurité et respectées », après avoir présidé la réunion des ministres des Sports du Conseil. de l’Union européenne (UE).

Lors de cette réunion, les « Conclusions sur l’égalité des sexes dans le domaine du sport » ont été approuvées à l’unanimité. Ils soulignent l’importance de l’accès à des conditions égalitaires, sûres et inclusives, exemptes de toute forme d’inégalité, de discrimination ou de violence.

« Les filles de toute l’Union européenne, des Açores à la Laponie, devraient pouvoir rêver de devenir championnes du monde tout en se sentant en sécurité et respectées. Nous devons les soutenir sur cette voie en promouvant l’égalité des chances et en garantissant un environnement exempt de violence et de harcèlement. » dit Francos.

« Malgré les progrès réalisés jusqu’à présent, la participation des femmes au sport et à l’activité physique reste inférieure à celle des hommes, en grande partie à cause d’obstacles socioculturels », a indiqué la CSD elle-même dans une note de presse.

« Cependant, parmi la population européenne, huit personnes sur dix pensent que des modèles féminins dans le sport encourageraient davantage de femmes et de filles à suivre leur exemple », ajoute la note, dans un contexte où le Conseil « invite les Etats membres à veiller à ce que tous les gens ont un accès égal ».

Selon ce texte de presse, le Conseil préconise que les personnes puissent « participer pleinement au sport, quel que soit leur sexe, en mettant l’accent sur l’égalité de rémunération pour le même travail dans le sport professionnel ».

Les États membres sont également appelés à « agir pour accroître la proportion de femmes occupant des postes de direction dans le sport, promouvoir une couverture médiatique plus large et sans stéréotypes des compétitions sportives féminines, prévenir et combattre le harcèlement, les abus sexuels et la violence à tous les niveaux, mieux protéger les témoins et victimes de violence de genre et prendre en compte la perspective de genre dans les infrastructures et installations sportives.

De même, les ministres ont discuté de la lutte contre les discours de haine et de la recherche d’environnements sûrs dans le sport, sur proposition de la présidence espagnole du Conseil de l’UE. Par ailleurs, la délégation française a rendu compte de l’impact sur le « Vieux Continent » des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, tandis que la délégation allemande a expliqué la dimension de la Coupe d’Europe masculine 2024.