Del Pozo défend le succès du modèle andalou des écoles maternelles d'Antequera

ANTEQUERA (MALAGA), 27 avril. (EUROPA PRESSE) –

La ministre du Développement éducatif et de la Formation professionnelle, Patricia del Pozo, a défendu à Antequera (Málaga) le succès du modèle andalou d'écoles maternelles, qui compte aujourd'hui 102 913 filles et garçons scolarisés et un taux de scolarisation de 56%, 23 points. au-dessus des recommandations de l’Union européenne.

Del Pozo a assisté à l'ouverture du IVe Congrès des Écoles Unies d'Enfants « De grandes empreintes pour de petits pas » et a reconnu dans son discours le travail réalisé « quotidiennement » par les 2.200 centres de la Petite Enfance et leurs plus de 15.000 professionnels.

« Un modèle de collaboration public-privé réussi que nous continuerons à soutenir et à protéger, car ces enseignements sont très pertinents pour la future réussite éducative des mineurs andalous, en plus de fournir un service socio-éducatif de grande valeur, en favorisant la conciliation travail-vie personnelle. équilibre familial », a-t-il déclaré.

En 2024, le Gouvernement andalou consacrera plus de 250 millions de ses fonds propres à des primes pour les familles du premier cycle de la Petite Enfance, dans lequel jusqu'à 53% des places sont entièrement gratuites, a assuré le Gouvernement andalou dans un communiqué.

Del Pozo a rappelé que le 21 mars, le Département du Développement Éducatif et de la Formation Professionnelle a signé un accord avec le Conseil des Enfants visant à augmenter l'investissement dans les cantines scolaires l'année prochaine, avec une augmentation de 14,74% du prix du service, jusqu'à atteindre 92 euros. par mois et par étudiant, et d'évoluer vers la gratuité des soins éducatifs à partir de l'année universitaire 2025/2026.

L'accord prévoit également l'avancement progressif du service socio-éducatif gratuit dans les centres exclusifs du premier cycle préscolaire à partir de l'année scolaire 2025-26.

Cet accord prévoit également le remboursement des fonds européens « face à la fermeture du gouvernement espagnol, qui a refusé à plusieurs reprises de nous les attribuer pour continuer à prendre des mesures en faveur de la gratuité des familles, tout en rendant plus flexible la destination des fonds pour du Pays Basque en fonction de leurs caractéristiques », des centres privés situés sur des terrains publics, a-t-il précisé.

Le responsable du Développement Éducatif et de la Formation Professionnelle a expliqué que la décision de réintégrer les fonds a été adoptée « pour protéger le modèle éducatif du premier cycle d'éducation de la petite enfance mis en œuvre en Andalousie, étant donné que son application dans les termes proposés par le gouvernement central entraînerait la disparition du secteur des écoles maternelles, qui génère plus de 15 000 emplois ».

Il a également rappelé que l'Andalousie a toujours défendu que ces fonds européens soient utilisés pour favoriser la mise à disposition gratuite de places existantes pour les familles andalouses. Il y a actuellement 20 000 postes vacants dans le système.

Le réseau de centres est composé de 2.200 écoles, à 67% privées, membres du Programme d'Assistance aux Familles, qui offrent actuellement 125.371 places.

Les primes pour les familles ont augmenté au cours des 5 dernières années de 37%, avec 67 millions de plus, pour atteindre 250 millions : 50% des familles bénéficient déjà de places totalement gratuites, et les 50% restants bénéficient d'une sorte de bonus. Le budget que le Conseil alloue au premier cycle de l'éducation de la petite enfance a augmenté de 30% (91 millions d'euros) au cours des cinq dernières années.