Albares exprime son inquiétude face à « situation critique » à Rafah aux ambassadeurs israélien et palestinien


Dossier – Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares – Eusebio García del Castillo – Europa Press

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

MADRID, 12 février. (EUROPA PRESS) –

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, a exprimé son inquiétude face à la « situation critique » à Rafá, avant l’offensive imminente de l’armée israélienne, auprès de l’ambassadeur israélien, Rodica Radian-Gordon, et de l’ambassadeur palestinien, Husni Abdel Wahad.

Comme l’a rapporté le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, Albares a eu des réunions séparées avec les ambassadeurs « évaluer la situation au Moyen-Orient » et dans le prolongement de la visite qu’il a effectuée la semaine dernière au Qatar, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.

Avant les deux, le ministre a réitéré son « appeler à un cessez-le-feu immédiat à Gaza, à la libération des otages et à l’entrée de l’aide humanitaire ».

Il a également souligné auprès de l’ambassadeur israélien et de l’ambassadeur palestinien son « inquiétude face à la situation critique à Rafá »où ont trouvé refuge plus d’un million de Palestiniens déplacés par l’offensive militaire israélienne en réponse à l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre.

Albares a encore profité de l’occasion pour souligner « L’engagement de l’Espagne à avancer vers la paix dans la région sur la base de l’application de la solution à deux États.

Ces rencontres n’étaient pas initialement prévues à l’agenda du ministre ce lundi, puisque Albares devait se rendre à Alger à l’invitation de son homologue algérien, Ahmed Attaf.

Finalement, l’Algérie a forcé le report de la visite à la dernière minute pour des raisons d’agenda, comme l’explique les Affaires étrangères, sans que la partie algérienne n’en ait précisé les raisons. La presse locale a supposé que le président algérien, Abdelmayid Tebune, recevrait Albares, même si cette rencontre n’a pas été confirmée par son département.