Albares et son homologue portugais mettent en scène l'harmonie en marge des matches et annoncent un sommet le 23 octobre

Tous deux reconnaissent que l'interconnexion à haut débit entre les deux pays est une priorité

Le ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, et son homologue portugais, Paulo Rangel, ont souligné mardi la poursuite de la bonne harmonie entre les deux gouvernements malgré le changement au Portugal, en soulignant l'excellent niveau des relations, et ont annoncé que le prochain sommet bilatéral aurait lieu le 23 octobre dans une ville portugaise encore à déterminer.

La relation entre l'Espagne et le Portugal est « une relation unique » après 50 ans de démocratie dans les deux pays, a défendu Rangel lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion que les deux pays ont tenue. « Jamais les deux pays n'ont été aussi bons dans leurs relations et avec autant de capacité et de potentiel pour continuer à s'améliorer », a-t-il soutenu, soulignant que « cela signifie que les démocraties apportent prospérité et bon voisinage ».

« L'Espagne est une priorité pour le Portugal, ce n'est une priorité d'aucun parti ni d'aucun gouvernement, c'est une priorité de l'État portugais », a souligné le ministre portugais, après avoir été interrogé sur la possibilité d'attendre les mêmes bonnes relations avec le gouvernement central. .C'est la droite actuelle que celle qui existait avec le précédent exécutif du socialiste Antonio Costa.

En ce sens, Rangel a souligné qu'au cours des 30 ou 40 dernières années, « les relations ont toujours été très bonnes », quelles que soient « les couleurs des deux côtés ». « Nous allons honorer tout ce que le gouvernement précédent et les gouvernements précédents ont fait », a-t-il souligné, annonçant que le prochain sommet bilatéral, qu'ils préparent déjà, aura lieu le 23 octobre au Portugal, dans un lieu encore à déterminer. .

De son côté, Albares a également exprimé la volonté commune de « continuer à renforcer les relations bilatérales déjà excellentes au bénéfice » des Espagnols et des Portugais. « Nous sommes unis par des liens profonds, évidemment géographiques, mais aussi culturels, économiques et surtout humains », a-t-il souligné.

AVENUE MADRID-LISBONNE

D'autre part, les deux ministres ont reconnu comme une priorité la création d'une interconnexion ferroviaire entre les deux pays. Albares a défendu qu'il faut « résoudre l'anomalie » selon laquelle Madrid et Lisbonne sont les deux seules capitales européennes qui ne sont pas reliées par la grande vitesse, mais il a également précisé que la ligne reliant Vigo à Porto est également une priorité.

« Plus tôt le problème sera résolu, mieux ce sera pour tout le monde », a-t-il déclaré. « C'est fondamental », a confirmé le ministre portugais, qui n'a pas voulu avancer la date à laquelle cette interconnexion devrait avoir lieu, tout en reconnaissant que pour le Portugal il est également important d'unir Lisbonne et Porto, ses deux principales villes, quelque chose cela ne s'est pas encore produit. « Nous allons travailler sur les deux en même temps pour rattraper le temps perdu », a promis Rangel.

Dans un autre ordre d'idées, le ministre portugais a indiqué qu'il avait proposé à Albares l'idée de reprendre les réunions 2+2, auxquelles participent les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays, compte tenu du contexte actuel au niveau international et aussi à l'adhésion des deux pays à l'UE et à l'OTAN.