Albares espère recevoir « garantie » que les accusations « FAUX » contre Sánchez pour Israël ne se répétera pas


Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, et le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riad al Maliki -DAVID ZORRAKINO-EUROPA PRESSE

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

BARCELONE, 27 novembre (EUROPA PRESS) –

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, espère recevoir de l’ambassadrice d’Israël en Espagne, Rodica Radian-Gordon, « garantie » que les accusations « complètement faux » menées contre le président du gouvernement, Pedro Sánchez, ne se reproduiront pas à l’avenir.

Albares a annoncé vendredi qu’il allait convoquer l’ambassadeur d’Israël aux Affaires étrangères après qu’Israël ait annoncé qu’il ferait de même avec l’ambassadrice d’Espagne à Tel Aviv, Ana Salomón, suite aux déclarations faites par Sánchez depuis le passage de Rafá jusqu’à le Premier ministre belge, Alexander de Croo, que le gouvernement israélien considère comme un « soutien au terrorisme » du Hamas.

Lors d’une conférence de presse après la rencontre tenue avec le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riad al Maliki, à Barcelone, en marge du Forum de l’Union pour la Méditerranée (UpM), le ministre n’a pas voulu détailler à quel moment précis l’appel à l’ambassadeur israélien. « Nous vous rendrons compte rapidement le moment venu »se limite-t-il à le souligner.

Albares a insisté, comme il l’a fait vendredi, sur le fait que les paroles du gouvernement israélien contre Sánchez sont « inacceptable » et « complètement faux » et ce sera l’ambassadeur Radica-Gordon qui devra « donner des explications » à propos d’eux.

En ce sens, le ministre a cru que ces explications « être clair » et détail « pourquoi ils se sont produits »et aussi « la garantie qu’ils ne seront plus produits à l’avenir ».

En revanche, Albares n’a pas voulu commenter la déclaration « d’une organisation terroriste comme le Hamas, saluant la position maintenue par Sánchez lors de sa visite dans la région, insistant sur le fait que le gouvernement a condamné dès le premier instant l’attaque perpétrée le 7 octobre contre Israël.