Serret défend « la poursuite du travail pour le statut officiel du catalan » en Europe

Participer à un atelier sur la désinformation dans un institut avec Sergi Barrera (PE)

La ministre de l'Action étrangère et de l'Union européenne (UE) de la Generalitat, Meritxell Serret, a défendu ce lundi « la poursuite du travail pour le statut officiel du catalan dans les institutions européennes comme une autre manière de rapprocher l'Europe des 10 millions de catalans ». « 

Lors d'une visite à l'Institut Salvador Espriu de Salt (Gérone), il a participé à un atelier sur la désinformation animé par l'association « Apprendre à vérifier » en compagnie du chef du Bureau du Parlement européen (PE) à Barcelone, Sergi Barrera, dans le cadre des élections européennes du 9 juin, rapporte le gouvernement dans un communiqué.

Il a également déclaré que la Generalitat continuera à « rapprocher les besoins et la réalité de la Catalogne des institutions européennes avec ce plus haut niveau de dialogue » avec les commissaires européens et le groupe d'institutions.

L'édile a déclaré que l'atelier, qui fait partie de l'initiative 'Que no te la prenguin! Defencem la democratia de la disinformació', promu par le Bureau du PE à Barcelone et le Gouvernement, sert à ce que les jeunes connaissent les risques de la désinformation et soient préparés aux « discours qui prolifèrent sur les réseaux sociaux et proviennent du populisme et de l'extrême droite ».

« Des discours de haine qui veulent s'en prendre aux principes fondateurs et au projet européen, contre la cohésion de la citoyenneté européenne », a-t-il ajouté.

SERGIO BARRERA

Sergi Barrera a déclaré que, bien que les jeunes soient les authentiques natifs du numérique de l'ère numérique actuelle, « ils constituent la partie de la société la plus exposée à la désinformation car leur principale source d'information sont les réseaux sociaux et c'est le terrain le plus fertile pour le  » fausses nouvelles ».

« Nous avons besoin d'une éducation aux médias et d'outils d'apprentissage pour détecter que les informations sont fausses », a-t-il ajouté.