L’Espagne continuera « élever la voix » pour défendre les civils


Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, lors d’une visite aux installations de l’entreprise Tecnove, le 8 janvier 2024, à Herencia, Ciudad Real – Eusebio García del Castillo – Europa Press

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, n’a pas voulu évaluer la décision d’Israël de renvoyer son ambassadeur en Espagne, mais il a clairement indiqué que le gouvernement continuerait « élever la voix » défendre la population civile, tout en reconnaissant une fois de plus le droit des Israéliens à se défendre conformément au droit international.

« Il s’agit d’une décision souveraine d’Israël sur laquelle je n’ai aucun commentaire à faire. »a déclaré le ministre après avoir été interrogé sur le retour cette semaine de l’ambassadrice d’Israël, Rodica Radian-Gordon, soulignant que le gouvernement souhaite « avoir les meilleures relations » avec Israël, comme il l’a déclaré à de nombreuses reprises.

Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Israel Katz, a décidé la semaine dernière de renvoyer l’ambassadeur après avoir observé un « changer pour le mieux » dans les déclarations du gouvernement espagnol concernant le conflit.

Il convient de rappeler que Radian-Gordon a été convoqué à des consultations le 30 novembre pour protester contre les déclarations du président du gouvernement, Pedro Sánchez, dans lesquelles il se demandait si Israël respectait le droit international dans son offensive militaire à Gaza. 7 octobre Attaque terroriste du Hamas.

Cependant, Albares a déclaré que « ça n’enlève rien » à quoi « la voix du gouvernement espagnol continue de s’élever pour la défense des civils palestiniens innocents et dans la recherche d’une solution de paix définitive au Moyen-Orient » ce qui implique la reconnaissance de l’État palestinien par Israël.

D’autre part, après avoir visité l’usine Herencia (Ciudad Real) où sont préparées les deux ambulances blindées que le gouvernement enverra en Ukraine, il a exprimé son inquiétude face à la montée des tensions au Moyen-Orient après qu’Israël en ait fini avec le Hamas. Le numéro deux au Liban et les rebelles Houthis continuent d’attaquer les bateaux en mer Rouge depuis le Yémen.

« Je suis très préoccupé par la poursuite de cette spirale de violence et nous continuons de lancer le même appel que nous avons lancé dès le premier jour. »a indiqué Albares, assurant que « Israël a le droit de se défendre »mais dans le « respect scrupuleux du droit international » et « séparer les cibles terroristes des civils ».

Selon Albares, la voix du gouvernement espagnol sera « continuer à augmenter » pour défendre cet appel, qui rejoint la demande d’un cessez-le-feu humanitaire permettant de protéger la population civile et permettant également l’entrée de fournitures humanitaires dans la bande de Gaza.

Le ministre a également exprimé sa préoccupation quant au fait que l’augmentation de la violence ne s’étende à d’autres régions, comme la Cisjordanie, où se trouvent des « des centaines de civils palestiniens innocents tués », ou encore le Liban, où se trouve un contingent espagnol déployé dans le cadre de la Mission de l’ONU (FINUL). Quelque chose qui, selon Albares, donnerait à la guerre « une dimension régionale bien plus grande que ce qui existe actuellement ».

« Je suis très préoccupé par la situation, car la violence ne s’arrêtera pas et, bien entendu, la voix et l’action diplomatique de l’Espagne ne cesseront pas tant que la paix et la stabilité ne seront pas une réalité. » au Proche-Orient, a souligné le ministre.