Les 27 acceptent une entrée progressive de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace Schengen à partir de mars 2024

Les 27 ont approuvé samedi à l’unanimité l’intégration progressive de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace Schengen à partir de mars 2024, qui comprend les deux derniers pays de la communauté qui ne faisaient pas partie du traité de libre circulation des personnes après avoir levé son veto à l’Autriche. Il s’agit du dernier accord du Conseil sous la présidence tournante espagnole de l’UE pour le second semestre 2023.

« Schengen s’agrandit ! Le Conseil de l’UE a décidé d’étendre l’espace Schengen à la Bulgarie et à la Roumanie. Les contrôles intérieurs aux frontières aériennes et maritimes seront levés en mars 2024, tandis que la décision sur la fin des contrôles terrestres sera prise plus tard », a souligné le actuelle présidence espagnole du Conseil européen.

Ainsi, l’Autriche, la Bulgarie et la Roumanie se sont engagées à aborder, tout au long de l’année 2024, une date de levée des contrôles fonciers, selon des sources du ministère de l’Intérieur.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a souligné qu’il s’agissait d’un « jour de grande fierté pour la Bulgarie et la Roumanie ». « C’est un grand pas en avant pour eux et pour l’espace Schengen. Ils ont travaillé dur pour y parvenir. Ils le méritent tous les deux. Ils vont rendre l’espace Schengen encore plus fort », a-t-il souligné.

La décision a été validée par procédure écrite communiquée aux 27 chefs-lieux communautaires, ont expliqué ces sources. En outre, il s’agit de l’aboutissement d’un processus entamé il y a douze ans et qui constituait l’une des priorités du ministère de l’Intérieur pour le semestre de la présidence espagnole qui se termine ce dimanche.

Cela a été possible après d’intenses négociations ces dernières semaines entre les États membres concernés (Autriche, Bulgarie et Roumanie), avec le soutien de la Commission européenne et la médiation de la présidence espagnole du Conseil.

La détermination de la présidence à négocier a réussi à surmonter les réticences persistantes et à parvenir à un accord juste et historique, ont souligné des sources intérieures consultées par Europa Press.

La levée progressive des contrôles aux frontières intérieures de la Bulgarie et de la Roumanie renforcera et élargira l’espace européen de libre circulation et facilitera la circulation de millions de personnes, avec un impact social et économique très positif dans toute la région, ont-ils souligné.

En décembre 2022, la dernière fois qu’un accord a été tenté avec les Vingt-Sept sur ce sujet, le veto de l’Autriche et des Pays-Bas a fait échouer l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’espace Schengen, ce que la Commission européenne réclame depuis une décennie. car il défend qu’ils répondent à tous les critères prévus pour l’adhésion.