Le PSOE veut que le Parlement soutienne le gouvernement pour promouvoir la reconnaissance de la Palestine dans l'UE


Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, à Moncloa, le 28 mai 2024, à Madrid (Espagne). – Piscine Moncloa/Borja Puig de la Bellacasa

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

MADRID, le 14 juin (EUROPA PRESS) –

Le PSOE souhaite que le Congrès et le Sénat exhortent le gouvernement à promouvoir la reconnaissance de la Palestine comme « État souverain » et la solution à deux États également au sein de l'Union européenne, après que l'exécutif de Pedro Sánchez l'a approuvée en mai dernier, avec la Norvège et l'Irlande.

Selon les socialistes, la reconnaissance palestinienne est une décision « historique » et « nécessaire » pour parvenir à la paix dans la région. C’est pour cette raison qu’ils préconisent que cette décision soit soutenue par davantage de membres de l’UE. « C'est le moyen de parvenir à la paix, à la stabilité et au développement dans une région qui souffre depuis trop longtemps », affirment-ils.

C'est pour cette raison qu'ils souhaitent que les Cortès soutiennent un soutien « inébranlable » à une solution négociée basée sur les frontières de 1967, avec deux États, à travers une proposition non-loi qui sera débattue et votée au sein de la Commission mixte de l'Union européenne. qu'ils vivent ensemble en paix et respectent le droit international, et dont la capitale est Jérusalem.

Ils exigent également que l'Exécutif exhorte les États membres de l'UE à étudier avec les pays arabes de la région comment ils pourraient promouvoir, à travers leurs accords de normalisation respectifs avec Israël, cette solution à deux États, la fin du conflit dans la région et son impact économique. développement.

De même, dans leur initiative, rapportée par Europa Press, les socialistes demandent instamment que les auteurs d'actes de violence « soient tenus responsables » de leurs actes dans le cadre du droit international, du droit international humanitaire et de la législation internationale sur les droits de l'homme.