Le Parquet européen enquête sur l'ancien président de la BEI, Werner Hoyer, pour corruption et détournement de fonds européens

Hoyer défend que les accusations portées contre lui sont « absurdes et infondées »

Le Parquet européen a ouvert une enquête contre l'ancien président de la Banque européenne et d'investissement (BEI) Werner Hoyer pour corruption, abus d'influence et détournement de fonds européens, des accusations que le prédécesseur de Nadia Calviño a qualifiées d' »absurdes et infondées ».  » « .

« Les accusations de corruption et d'abus d'influence, ainsi que de détournement de fonds européens contre Hoyer sont totalement infondées et sans fondement », a assuré son avocat, Nikolaos Gazeas, à Europa Press.

Gazeas a ainsi confirmé que Hoyer est l'un des deux anciens employés de la BEI dont l'immunité a été demandée par le Parquet européen dans le cadre de l'enquête en cours, comme l'a rapporté le Financial Times ce lundi. « Il n'y a rien à cacher, au contraire, Hoyer exige une clarification exhaustive et complète de cette affaire par le parquet », a-t-il souligné.

Selon l'avocat de Hoyer, l'objet de l'enquête est le départ d'un employé de la BEI et l'indemnisation qui lui a été versée dans ce contexte, qui implique un accord qui devait être signé par le président malgré le fait qu'il « n'a jamais participé à les négociations concernant le départ du salarié.

« Les conditions légales pour ouvrir une enquête pénale par le Parquet européen sont très limitées », a expliqué Gazeas, qui a ajouté que c'était Hoyer lui-même qui avait « expressément » demandé la suspension de son immunité et qui avait également demandé au BEI de faire à la disposition du parquet « tous les dossiers et informations relatifs à cette affaire personnelle » afin qu'elle puisse faire l'objet d'une enquête « approfondie ».

Hoyer a en outre demandé que tous les employés de la BEI impliqués dans cette affaire fournissent au parquet toutes les informations concernant ces événements.

« Les accusations portées contre moi sont franchement absurdes et infondées. J'espère maintenant qu'elles feront l'objet d'une enquête approfondie et que des éclaircissements seront effectués et je demande à la BEI de coopérer pleinement avec le parquet », a déclaré Hoyer lui-même, selon les informations fournies par son avocat.

La BEI assure coopérer « pleinement » avec le Parquet européen, comme c'est sa « pratique habituelle » dans ces affaires, même si elle a refusé de commenter l'enquête en cours.