La Première ministre estonienne assure qu'elle « étudierait » une proposition pour succéder à Borrell dans l'UE

MADRID, le 10 juin (EUROPA PRESS) –

La Première ministre estonienne, Kaja Kallas, a assuré lundi que si on lui offrait la possibilité de succéder à Josep Borrell en tant que haut représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère, elle devrait « l'étudier », même si elle estime toujours que c'est une situation « très improbable ».

Ces dernières semaines, des spéculations ont circulé sur la possibilité que Kallas puisse prendre les rênes de la diplomatie communautaire lors de la prochaine législature. Certaines informations suggèrent même que ce poste pourrait lui être proposé lors de la réunion informelle des dirigeants de l'Union européenne le 17 juin.

« Les commissaires seront nommés en août (…) Si cette proposition était faite, ce qu'il juge très improbable, il devrait l'examiner », a déclaré le Premier ministre Kallas, dont le Parti réformateur estonien fait partie du groupe, dans un communiqué. entretien rapporté par le libéral Renew.

Toutefois, les élections européennes de dimanche n'ont pas fait sourire le Parti réformateur, arrivé en troisième position avec 18 pour cent des voix et un député européen. Les conservateurs d'Isamaa l'emportent (21,5% et deux sièges) devant les sociaux-démocrates (19,3% et un siège).

Kallas a reconnu que le résultat des élections n'était pas celui qu'elle aurait souhaité, mais a souligné que ces élections concernaient le Parlement européen et que leur résultat « n'affecte pas » l'Exécutif ou le Législatif estonien, malgré les tentatives de l'opposition de en considérant le vote dans une clé nationale.