La Pologne préconise d'étendre à la Biélorussie les sanctions imposées à la Russie pour l'invasion de l'Ukraine


Dossier – Le président biélorusse Alexandre Loukachenko avec son homologue russe Vladimir Poutine – Europa Press/Contact/Mikhail Metzel/Kremlin Pool

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine

MADRID, le 6 mars (EUROPA PRESS) –

Les autorités polonaises ont appelé ce mercredi à étendre à la Biélorussie les sanctions que l'Union européenne a imposées à la Russie ces derniers mois en réponse à son invasion de l'Ukraine, débutée il y a plus de deux ans, fin février 2022, par arrêté. du président russe Vladimir Poutine.

« La Biélorussie est étroitement liée par ses activités, y compris anti-ukrainiennes, à la Russie de Poutine, et nous essayons de garantir que toutes les sanctions appliquées contre la Fédération de Russie soient également étendues à la Biélorussie par d'autres pays », a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères. Wladyslaw Bartoszewski.

Selon Bartoszewski, les séries successives de sanctions imposées à la Russie sont l'un des meilleurs moyens de faire pression sur Moscou, même s'il est vrai que le Kremlin « échappe » à certaines d'entre elles à travers le territoire biélorusse, selon les informations recueillies par l'agence polonaise. L'actualité du PAP.

« L'une des tâches principales du ministère des Affaires étrangères est de maintenir la question biélorusse à l'ordre du jour de l'Union européenne », a déclaré le vice-ministre, qui a également déclaré que le Portugal était l'un des pays réticents à étendre les sanctions à Minsk, si Eh bien, au sein de l’UE, il y a eu « de fortes tentatives pour les convaincre » dans ce sens.

A l'issue d'une réunion de la commission parlementaire des Affaires étrangères sur la situation en Biélorussie, Bartoszewski a rappelé que les élections présidentielles de 2020 avaient été truquées et qu'après ces élections, plus de 1.500 personnes avaient rejoint la liste des prisonniers politiques du régime d'Alexandre Loukachenko.

De même, le vice-ministre a critiqué les dernières élections législatives biélorusses, qui « n'ont rien à voir avec une véritable démocratie ». « C'est une farce, pas une démocratie », a déclaré Bartoszewski, qui craint qu'après l'annonce par Loukachenko de sa candidature pour 2025, la Biélorussie reste dans une crise politique.