Albares souligne que « Il n’y aura pas de troupes espagnoles en Ukraine » parce que ce que veut l’Espagne, c’est la paix


Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares – Eduardo Parra – Europa Press

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine

MADRID, 28 février (EUROPA PRESS) –

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, a déclaré catégoriquement qu’il n’y aura pas de déploiement de troupes espagnoles en Ukraine car ce que l’Espagne veut, c’est la paix dans ce pays.

« Il n’y aura pas de troupes espagnoles en Ukraine, bien sûr que non, parce que nous voulons la paix, tout comme le gouvernement ukrainien. »Albares a répondu au député de l’ERC Jordi Salvador, qui a profité de l’occasion pour interroger le ministre sur cette question lors de la séance plénière du Congrès des députés.

« Le gouvernement espagnol à Gaza et en Ukraine veut la même chose, la paix et le respect du droit international. »a souligné le ministre, qui devait répondre au député catalan sur le conflit dans la bande de Gaza, après avoir profité de son temps pour s’enquérir de la position du gouvernement sur cette question.

La porte-parole de la ministre, Pilar Alegría, était déjà intervenue ce mardi dans le débat suscité par le président français Emmanuel Macron, qui a laissé lundi la porte ouverte à un futur envoi de troupes européennes en Ukraine pour soutenir les forces ukrainiennes contre la Russie, pour faire clarifier le désaccord de l’Exécutif.

Le président français a rencontré lundi à Paris une vingtaine de dirigeants, pour la plupart issus de l’UE, pour analyser comment continuer à soutenir l’Ukraine, deux ans après l’invasion du pays par la Russie. A la fin de la réunion, Macron a déclaré que même si « Il n’existe actuellement aucun consensus pour envoyer officiellement des troupes sur le terrain », « rien ne doit être exclu ».

« Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher la Russie de gagner cette guerre. », a assuré le président français, qui n’a toutefois pas souhaité préciser si la France serait disposée à déployer des troupes en Ukraine. En ce sens, il a souligné que « beaucoup de ceux qui disent maintenant jamais » Ce sont les mêmes qui ont également exclu l’envoi de chars, d’avions de combat ou de missiles à longue portée, ce qui s’est déjà produit.